Depuis 2008, nous avons développé un dispositif d’éducation à l’image et au son : le projet Radio Télé La Villette.
Depuis 2008, nous avons développé un dispositif d’éducation à l’image et au son : le projet Radio Télé La Villette.
TEXTE 2
Depuis 2008, nous avons développé un dispositif d’éducation à l’image et au son : le projet Radio Télé La Villette.
Depuis 2008, nous avons développé un dispositif d’éducation à l’image et au son : le projet Radio Télé La Villette.
1/4
4 images dans la galerie

Prévention
spécialisée

La prévention spécialisée est une forme d’action éducative en direction des jeunes et des groupes de jeunes, en rupture ou en souffrance, en voie de marginalisation ou déjà marginalisés.

C’est le cœur d’activité de l’association de prévention du site de La Villette (APSV).

Les réseaux professionnels structurés, associatifs ou institutionnels de Paris et de la Seine-Saint-Denis sont nos partenaires dans cette démarche à long terme.

Par des actions de terrain, nous créons un contact avec les publics à risques afin de prévenir et d’anticiper les conflits. Nous allons aussi à la rencontre des jeunes qui ne fréquentent pas La Villette. Notre objectif est que tous s’approprient positivement cet espace. C’est dans le même esprit que l’APSV accompagne les personnes lors d’un travail d’intérêt général ou d’une réparation pénale.

En développant une forme d’ilotage éducatif, sur les 55 hectares du parc de la Villette, nous favorisons au final, l’épanouissement d’un sentiment de sécurité chez tout un chacun.

Des actions éducatives

Tous les ans, plus de 500 jeunes sont accompagnés par nos éducateurs et animateurs sur des questions de scolarité, de formation, d’emploi ou pratiquent avec nous des activités culturelles.

Environ 100 jeunes de 18 à 25 ans sont aussi accueillis en stage, en lien avec la Mission locale et les associations de prévention spécialisée.

L’exemple de radio télé La Villette

Depuis 2008, nous avons développé un dispositif d’éducation à l’image et au son : le projet Radio Télé La Villette.
http://rtlv.fr/

100 jeunes environ découvrent tous les ans l’envers du décor de La Villette, durant des sessions de 1 à 3 jours.

Il s’agit pour nous d’attirer à La Villette des jeunes qui n’y viendraient pas, si le lieu leur était présenté sous une forme plus classique ou académique.

Lors d’ateliers de réalisation de reportages radio ou vidéo, par exemple, sur les métiers et l’organisation de la Grande Halle, la Cité des Sciences, le Zénith ou d’un autre des sept établissements culturels de La Villette, les stagiaires appréhendent le site autrement.

Notre ambition : leur faire prendre conscience qu’ils peuvent être acteurs de la culture que diffuse La Villette. Leur montrer que les établissements culturels leur sont entre autres dédiés. Et au final, les amener à réaliser que la culture c’est aussi eux-mêmes !

Des actions menées en collaboration avec les professionnels du territoire

Nos partenaires réguliers
Le pôle éducatif de l’APSV collabore régulièrement avec :

L’APSV, membre des groupes de travail « Engagement des jeunes dans le trafic, quelle prévention ?  »
L’APSV participe à la réflexion sur la « prévention de l’inscription dans l’économie de la rue » menée par les groupes de travail « Engagement des jeunes dans le trafic, quelle prévention ? ». Ces groupes réunissent une trentaine de professionnels et visent à mettre en place des démarches éducatives innovantes pour prévenir l’entrée dans le trafic de toxicomanie.

Cette action est menée par la mission métropolitaine de prévention des conduites à risques, la mission de prévention des toxicomanies de la mairie de Paris, la mission de prévention des conduites à risques du département de la Seine-Saint-Denis, la préfecture de Paris, l’ARS 93, le Forum français pour la sécurité urbaine et l’APSV.

L’APSV, acteur de la coordination interassociative et interprofessionnelle de travail social du XIXe arrondissement
Lancée en septembre 2008, cette coordination est ancrée dans les quartiers des rues du Danube, de la Solidarité, des Ardennes et de la rue Petit.
Elle rassemble les centres sociaux Danube, Espace 19 Ourcq, J2P, les clubs de prévention spécialisée AJAM 19, l’OPEJ (club du Canal), l’association Entr’aide, Paris Ados Services.

Les objectifs de la coordination interassociative et interprofessionnelle de travail social du XIXe arrondissement : mutualiser les idées de chacun autour de nos actions en direction des populations.
Chaque intervenant peut être une personne et un lieu ressource pour l’ensemble des autres membres.
Issus d’horizons multiples, les membres de la coordination ont opéré le choix d’agir tous en direction de la jeunesse et des familles.

L’APSV est également le coordinateur du comité stratégique prévention et sécurité du site de La Villette.

Du développement culturel

La culture est à la fois une valeur et un outil au centre des préoccupations de l’APSV. La culture est pour nous un des fondements de l’insertion sociale. Elle doit s’inscrire dans la réalité et le quotidien des enfants, adolescents et adultes. C’est cet état d’esprit qui a orienté l’initiative Radio Télé La Villette, déjà évoquée.
http://rtlv.fr/

L’accès a la culture, un gage d’épanouissement

Proposer d’aller à la rencontre d’une pièce de théâtre, d’une œuvre musicale ou du cirque contemporain, de s’initier aux nouvelles technologies et d’approcher les sciences, c’est offrir d’autres regards sur soi et le monde.
La culture participe de la construction du projet de vie de chacun.

Les personnes suivies à l’APSV sont invitées à des sorties collectives par nos équipes ou incitées à effectuer des sorties autonomes.

Faire découvrir le site et ses ressources à nos partenaires

L’APSV propose à ses partenaires – les structures de travail éducatif et social – un soutien destiné à encourager l’utilisation des ressources et équipements publics de La Villette.

Nous les orientons vers les salariés des différents établissements culturels du site les plus à même de répondre à leurs besoins.

Tous les deux mois, les structures de travail éducatif et social peuvent recevoir la lettre d’information que nous leur dédions.

Nos éducateurs participent à la coordination culture mise en place par l’antenne pour le XIXe arrondissement de la délégation à la politique de la Ville de la mairie de Paris (EDL 19).

Des alternatives à l’incarcération

Nos actions

Partisane de l’alternative à l’incarcération, l’APSV est habilitée depuis 1986 par les tribunaux de Paris (majeurs et mineurs) et de Bobigny (mineurs) à recevoir des jeunes condamnés à une peine de « travail d’intérêt général » (TIG) ou s’étant engagés à une « réparation pénale ».

Environ 30 personnes sont ainsi chaque année accueillies à La Villette et encadrées par nos éducateurs.

L’ACCUEIL DES JEUNES SUR LE SITE DE LA VILLETTE

Les personnes sous main de justice doivent accomplir un temps de travail de 20 à 210 heures pour les peines de TIG, et d’une demi-journée à une semaine pour les réparations pénales.

L’APSV est la « porte d’entrée » pour ces alternatives à l’incarcération.
Nous repérons à La Villette des lieux de peines, en partenariat avec le service pénitentiaire d’insertion et de probation de Paris et les services de la protection judiciaire de la jeunesse de Paris et de Seine-Saint-Denis.
Nous recevons les personnes condamnées en entretien individuel, préalablement à un choix d’orientation pour l’exécution de la peine vers tel ou tel service, en fonction de compétences ou centres d’intérêt, ceci dans un but d’insertion ou réinsertion.

Nos éducateurs sensibilisent les salariés des équipements de La Villette, qui deviennent les tuteurs des personnes accueillies. Les éducateurs de l’APSV sont en contact régulier avec ces salariés acceptant de partager leurs savoir-faire avec les jeunes condamnés. Pour que l’expérience soit optimale, nous formons ces salariés à l’accueil des jeunes et les accompagnons en cas de difficulté.

Pendant le déroulement du TIG, les éducateurs se rendent régulièrement sur le lieu de travail des jeunes. Ils discutent des éventuels problèmes rencontrés (retards, absences, attitude inadaptée). Les éducateurs reprennent les manquements et reposent le cadre, si cela est nécessaire.

Sauf échec, le jeune n’étant pas prêt à saisir l’occasion, le déroulement du TIG ou de la réparation pénale dans un contexte valorisant permet de restaurer une image de soi souvent dégradée.

L’expérience s’accompagne souvent d’une importante prise de conscience. La personne réalise qu’elle est à même de s’intégrer au sein d’une équipe de professionnels. Qu’elle peut tisser des liens dans un monde qui, souvent lui semblait, au départ, totalement étranger. Vivre une alternative à l’incarcération permet de reprendre pied dans une collectivité qui était toute prête à stigmatiser ou à rejeter.

Ainsi, ces prises en charge participent d’une dynamique de socialisation et, de fait, d’une prévention globale de la récidive.

Des formations destinées aux tuteurs

A la demande de ses partenaires institutionnels, le service formation de l’APSV a développé un accompagnement aux tuteurs de TIG. Il s’adresse aux salariés d’associations, d’équipements culturels nationaux et des services de la ville de Paris accueillant ou susceptibles d’accueillir des personnes ayant à effectuer une peine de travail d’intérêt général ou une mesure de réparation pénale.

Un travail mené en partenariat

Le service formation de l’APSV est partenaire de la direction de la prévention et de la protection de la mairie de Paris, du service pénitentiaire d’insertion et de probation de Paris et de la protection judiciaire de la jeunesse de Paris et de Seine-Saint-Denis.

Des actions de sensibilisation et de formation

Des rencontres annuelles
L’APSV organise et anime des rencontres pour informer et sensibiliser à l’accueil de personnes ayant à effectuer un TIG ou une réparation pénale. Ces rencontres se déroulent sous forme de séminaire où des témoins et experts présentent l’accueil de TIG afin de mobiliser de nouveaux pairs.

Un module de formation et d’accompagnement des tuteurs
Il est destiné aux tuteurs de TIG novices ou expérimentés, salariés d’associations, d’équipements culturels nationaux, des services de la mairie de Paris.

Une formation initiale est assurée par un professionnel accompagné d’un éducateur de l’APSV et d’intervenants du ministère de la Justice.
Une rencontre est aussi organisée avec un tuteur chevronné sur son lieu de travail.

Un groupe de parole et d’analyse des pratiques complète le dispositif. Il se réunit tous les mois pendant 5 mois afin de partager et de construire des réponses pédagogiques adaptées aux situations rencontrées dans l’accompagnement de TIG.

Environ 15 personnes sont accompagnées tous les ans (65 personnes formées à ce jour).

Un site des tuteurs
Cet outil a été créé à la demande des participants aux formations. Il permet de sensibiliser les personnes susceptibles de s’engager dans cette démarche et de favoriser la communication entre tuteurs, via un annuaire.

Plus d’informations sur les sites suivants :

 http://rtlv.fr/
 http://travaildinteretgénérallesitedestuteurs.fr